Palawan, Philippines

 

Nous avons découvert Palawan, l'une des 7107 îles des Philippines au mois de mars 2011. Objectif final : El Nido, au nord de l'île, petit paradis célèbre pour avoir été le tournage d'une émission de télé-réalité française : Koh Lanta.

Passé la tumultueuse capitale Puerto Princesa, nous avons, avec nos amis Isabelle et Hugo, mis le cap sur San Vicente, à l’ouest, à mi-chemin de notre destination « finale ». Pour cela, nous avons embarqué à bord d’un de ces nombreux minivans, soi-disant, plus confortables que les bus typiques « Jeepney » (mais rassurez-vous, nous vivrons aussi l’expérience Jeepney !). A la gare routière, seuls touristes, chaque « local » s’affère vers nous pour nous poser les 2 ou 3 questions coutumières « What’s your name ? », « Where are you from ? » et « Where you go ? ». A ces 3 questions, nous avons dû répondre une dizaine de fois, celles-ci étant souvent prétexte à discuter avec nous et en savoir plus sur nous, curieux étrangers que nous sommes… Il faut dire que Palawan, bien qu’en plein essor touristique, n’est encore que peu fréquentée et les touristes sont curieusement, mais tellement gentiment appréciés…

Après 7h de minivan, un arrêt atypique dans un village on ne peut plus typique, nous voilà à destination : San Vicente, village on ne peut moins touristique où chaque enfant nous sourit, chaque groupe d’enfants nous inondant de « Hello, Hello, Hello » ! Quel accueil !!!

Nous trouvons un endroit où passer la nuit « sommaire mais propre » nous dit Isa en décrivant l’endroit. Cela dit, tout le village est « sommaire » : aucun restaurant, la seule « cantine » locale fermant, nous prévient t’on, à 20h. Malheureusement, à 19h30, ses portes avaient déjà clos mais, par chance, nous repérons une « caravane à brochettes » sur la place du village, juste face à la fête foraine dressée semble t’il pour le week-end. La soirée s’annonce gaie !

Effectivement, les 4 « blancs » que nous sommes ont dévoré le stock entier de brochettes et de saucisses locales (au grand bonheur de la marchande !), mais aussi pris part aux festivités locales et rejoins les dizaines d’enfants présents sur la petite fête foraine composée pour la plupart de jeux de roulette et autres jeux d’argent (la plupart tenus par des enfants !!!), mais aussi d’une grande roue dont le côté rustique nous a prudemment soufflé de ne pas monter à son bord ainsi que la célèbre « Maison Fantômes » que, bien évidemment, nous n’avons pas loupé ! Jérôme et son humour inné ont d’ailleurs bien failli détrôner les réels fantômes présents ! 

Quel doux souvenir que de se remémorer l’admiration des enfants, des jeunes et des moins jeunes à notre égard : chacun de venir s’amuser avec nous, d’autres semblant fiers que nous jouions à leurs jeux, bref, une soirée pleine de surprises, loin de nos concepts de moments créés de toutes pièces : de la surprise, de la joie, des rires, que du bonheur !

Le lendemain, nous embarquions de nouveau à bord d’un minivan, direction l’embranchement de la route principale où alors, nous changerions de direction et trouverions un moyen de transport direction : El Nido. Ce sera finalement un de ces fameux et populaires jeepneys qui nous proposera, faute de place à l’intérieur du bus, de faire le trajet……… sur le toit !!!!

Nos bagages et nous 4 hissés jusqu’au sommet du bus, nous voilà partis pour 160 kms, soient 4h de route on ne peut plus chaotique !!! Finalement, nous nous sommes bien habitués à notre nouveau « home » temporaire : appuyés sur nos valises, le soleil face à nous et devant… des paysages incroyablement merveilleux, une nature luxuriante, des villages typiques et des gamins aux « Hello, Hello » perpétuels… le seul danger potentiel repéré : les branches d’arbres au dessus de nos têtes… !

Nous nous relayons donc tous les 4 pour guetter les branches dangereuses et, en toute coordination, nous allonger afin de les éviter. Finalement, 4h exceptionnelles où, finalement, nous nous sommes retrouvés à une petite dizaine sur le toit dujeepney, chacun des philippino inquiet de nous savoir à cette place… Chacun, sauf nous !

Après cette traversée exceptionnelle, nous arrivons donc à l’extrémité nord de l’île, « El Nido », rendu célèbre par l’émission française « Koh Lanta » qui (je suis d’avance désolée de tuer certains mythes !), n’est pas tournée à Koh Lanta mais ailleurs, chaque année sur un site différent.

El Nido, c’est une charmante plage de sable blanc, encore préservée du tourisme de masse mais en développement exponentiel. 
Il est impossible de séjourner à "El Nido" sans s'aventurer sur l'Archipel des Bacuit, en version plongée ou "hopping Island". Il existe un nombre incalculable d'agences de voyages à El Nido qui proposent, chacune, les traditionnels tours A, B, C ou D qui, comme nous l'avons fait, vous permettront d'apprécier au mieux la beauté de l'endroit.

El Nido, ce sont des plongées dans des endroits fabuleux, où corail de toutes couleurs se mêle avec des espèces de poissons que nous ne connaissons pas encore, tels que le poisson crocodile ou autres endémies locales.

 

 

NB : retrouvez dans la rubrique "Carnets de plongée" les infos relatives aux sites de plongée de l'Archipel et dans notre galerie photos une sélection de nos meilleurs clichés ramenés de nos plongées à El Nido.

Nous passerons alors 4 jours dans cet endroit dans lequel le coup de coeur est assuré, partirons « comme tout le monde ! » en excursion sur les îles désertes avoisinantes, découvrirons des endroits plus que paradisiaques, avant de terminer notre séjour à quelques miles nautiques de là, à Coron, célèbre pour ses plongées sur les épaves japonaises.

Tout comme nous avons testé le jeepney, il était incontournable de tester le navire traditionnel philippin : la « bangka », sorte de canoë en bois maintenu sur 2 flotteurs en bambous, plus ou moins costauds selon la taille du bateau.

La bangka qui nous a transporté jusqu’à Coron fait, naturellement, partie des plus imposants et des (normalement) plus sécuritaires, étant donné que le trajet doit durer quelques 6 heures.

 

Pour une raison encore inconnue, la bangka chargée de nous transporter d’El Nido à Coron a chargé ses passagers (et leurs bagages !) à une cinquantaine de mètres de la plage et non sur le port : les nombreux sacs et valises alors portés à bout de bras des marins du navire, chaque passager, depuis la plage, faisant alors ressentir son inquiétude incommensurable face à la réalité… La mission consiste alors à transporter tout ce « barda » sans le laisser choir, bien évidemment. Nous assisterons cependant à une chute incontrôlée, une jeune portugaise ayant alors vu son bagage glisser lourdement depuis le bout de bras de son porteur jusqu’à l’eau. Fort « heureusement », rien de trop précieux à l’intérieur… Le reste du « convoi » se déroulera alors sans autre encombre.

 

 

Nous voilà donc à bord du bangka pour une traversée initiale de 6h, finalement nous passerons quelque 10h à bord du bateau, une panne moteur nous ayant « scotché » près de 2h au beau milieu de… nulle part !  Les transports à Palawan pourraient, à eux seuls, faire l’objet d’une édition spéciale !!!

Pour ce que nous avons vu des Philippines, nos yeux, nos coeurs se sont émerveillés face à des paysages magnifiques des plus préservés, des habitants souriants et d’une gentillesse extraordinaire,
une diversité fabuleuse en terme d’activités, bref, un vrai coup de coeur !

Palawan en vidéo :

 

Focus sur quelques iles de l'Archipel des Bacuit, au large d'El Nido.

La baie est parsemée d'îles et d'îlots, dont la plupart sont habités. Ses eaux cristallines regorgent de vie marine. Elle abrite des Dugongs, des tortues, des raies manta, différentes espèces de poissons. On y trouve des récifs coralliens, et quelques fois les rares requins-baleines. Il existe plus de 30 sites de plongée d'une profondeur de six à plus de trente mètres.

Cadlao
Il s'agit de la plus grande île d'El Nido, occupant une superficie de 10 kms². Parmi toutes les îles, elle est la plus proche de la ville proprement dite et a le plus haut sommet qui se dresse à 640 mètres d'altitude. Elle est connue pour ses plages de sable blanc, son fond marin en pente douce, ses lagunes cachées, et ses sentiers nature grâce à sa couverture forestière luxuriante. Un des sentiers mène au charmant lagon Makaamo. Entouré par la manrove, le lagon se dévoile aux visiteurs dans silence du lever ou du coucher du soleil, lorsque les oiseaux viennent s'y nourrir.

Dilumacad
Cette île a une belle plage de sable blanc qui s'étend sur quelques 300 mètres. Elle est idéale pour un pique-nique lors de balades d'île en île. Il y a un tunnel sous-marin sur sa côte nord et un récif frangeant à son extrémité sud. L'île est aussi appelée Helicopter Island parce que ses falaises de calcaire ressemblent à un hélicoptère quand elle sont vues de très loin.

Miniloc Island
L'île de Miniloc, où la première station balnéaire d'El Nido fut créée, fut tout d'abord un site de plongée pour les touristes japonais et européens. Ses eaux tranquilles vert-turquoise et ses parois calcaires entourent le Big Lagoon et le Small Lagoon qui sont tels un kaléidoscope de la vie marine. Les scientifiques pensent que ces lagons sont en fait issus d'anciennes grottes qui abondent dans ces îles. Les plafonds de ces grottes ont du, il y a des millions d'années, s'effondrer, et les lagons sont alors apparus. Aujourd'hui, Miniloc est un resort de luxe, réminiscence d'un village côtier qui se trouve au fond d'une crique bordée de falaises calcaires abruptes, où vous trouverez de charmants bungalows sur pilotis dans un décor plus que paradisiaque. Portefeuilles garnis : n'hésitez pas !

Pangalusian Island
On y trouve une des plus vastes étendues de plages de sable blanc d'El Nido, ce qui est idéal pour la farniente, l'observation de coucher de soleil paradisiaque, et autres activités de plage. Dans les eaux qui font face à celle-ci, abondent des ensembles de récifs coralliens qui font de cette région une excellente zone de plongée en apnée ou en bouteille. Un sentier situé dans le centre de l'île est l'endroit idéal pour observer les oiseaux, en particulier tôt le matin et en fin d'après-midi. Le sentier se termine à la pointe de l'île et offre une excellente vue à 360 degrés de l'archipel de Bacuit .

Vigan
Situé à proximité de l'île Pangulasian, elle est également dénommée "l'île aux serpents", a cause de la langue de sable fin naturel (banc de sable en forme de s) qui "serpente" ses rives. Le banc de sable n'est clairement visible que lorsque la marée est basse. Sur les deux côtés de celui-ci, on trouve de lieux de baignade peu profonds.

Cudugnon Point
Il s'agit d'un important site anthropologique, où des bijoux et des poteries datant de la dynastie Song (960-1279 ap. JC) ont été découverts. Les anthropologues pensent que les premiers habitants des grottes étaient originaires de Bornéo, et y arrivèrent en traversant le pont terrestre qui reliait Palawan à Bornéo. Les fissures du plafond de la grotte sont habitées par des hirondelles rustiques et des chauves-souris insectivores.

Matinloc
Sur l'île de Matinloc, la plus longue et fine île d'El Nido, existe une plage secrète (secret beach). C'est une poche de sable blanc à l'angle d'un gouffre, qui est inaccessible par bateau et entourée d'abruptes parois rocheuses. Pour y arriver, les plongeurs doivent nager sous l'eau à travers une fente étroite dans un mur de pierre. A midi, le soleil pénètre par l'ouverture, laissant apparaitre un jeu de lumière et d'ombre contre les parois de calcaire. Le fond sableux chute alors brusquement14. Selon la légende locale, cette plage a inspiré le roman d'Alex Garland La Plage (The Beach en anglais), qui fut écrit alors que l'auteur se trouvait à El Nido.
En dehors de cette plage secrète, l'île est également célèbre pour la plage Kulasa, une bande de sable blanc longue de 100 mètres située dans l'une de ses criques. Le fond marin entourant la plage descend en pente douce jusqu'à environ 10 mètres du bord puis plonge brusquement.
Il y a quatre sites de plongée autour de l'île dont le plus important se trouve à l'extrémité sud et descend à 39 mètres de profondeur.

Pinasil
L'île possède une caverne en forme de cathédrale, accessible en canot et en kayak. L'air y est frais et elle est illuminée à certains moments de la journée par les rayons du soleil au travers une ouverture. C'est un site important pour les "busyadors" ou "cueilleurs de nid des oiseaux".

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×