Villes coloniales d'Amérique Centrale

Les Villes coloniales d'Amérique Centrale. Focus sur Antigua (Guatemala), Granada (Nicaragua) et San Cristobal de las Casas (Mexique)

Ces petites villes ont un charme fou : leur architecture tantôt baroque tantôt renaissance espagnole, leurs façades colorées, leur "zocalo", leur "parque central", leurs petites cours ou patios fleuris... C'est un émerveillement de chaque instant. Partons à la découverte d'Antigua, de Granada, et de San Cristobal de les Casas.

 

ANTIGUA, GUATEMALA

Antigua est une des villes coloniales les mieux conservées. Magique et accueillante, on dirait que le temps s'y est arrêté il y a 300 ans.

Fondée en 1543 par les conquistadors espagnols, Antigua (autrefois appelée Santiago de los Caballeros) a été longtemps la capitale du Guatemala. Antigua a brillé pendant 2 siècles d'un éclat incomparable comme capitale religieuse et culturelle de l'Amérique Centrale. En 1773, elle fut partiellement détruite par 2 tremblements de terre qui marqua sa mémoire pour toujours. Ses ruines, conservées comme monuments historiques, témoignent de cet effondrement dont elle fut victime.

Inscrite depuis 1979 au Patrimoine Mondial de l'Unesco, Antigua compte plus de 30 monastères, couvents et cathédrales et revêt une architecture coloniale de style baroque et de Renaissance espagnole.

Il y a quelque chose d'extrêmement séducteur dans les villes coloniales espagnoles et Antigua en est le parfait exemple. Située à 30 kms de la capitale, les riches habitants de "Guatemala City" y viennent le week-end pour flêner le long de ses ruelles pavées, déjeuner dans l'un de ses patios fleuris et ombragés, ou sortir dans un de ses endroits réservées à la jeunesse "dorée" guatémaltèque. PS : attention, dans ces endroits, les armes doivent être laissées au vestiaire !

 

GRANADA, NICARAGUA

Dominée par le volcan Mombacho, Granada est localisée sur la Côte Ouest du Lac du Nicaragua, à 30 kms de sa capitale Managua (ville à proscrire au vu de sa délinquance et de son manque d'intérêt). Granada est connue pour son architecture coloniale extrêmement bien conservée et est appelée "La Gande Sultane" à cause de ses bâtiments de style andalou-maure.

Fondée en 1524 par Franciso Hernandez de Cordoba, Granada a longtemps été la principale ville de la région, et s'est vue, au cours du 17ème siècle, plusieurs fois pillée par des pirates provenant de France et d'Angleterre.

Granada, c'est une de ces villes aux mille couleurs où l'on aime flâner depuis le parque central jusqu'aux abords du Lac et s'arrêter, ci et là, déguster un de ces petits plats typiques à l'ombre des arbres dans quelque patio typique de la ville. 

 

Pour les amateurs d'écotourisme, Granaga dispose de sites naturels grandioses : un lac de 8624 km², de nombreux volcans (dont les principaux : Mombacho et Masaya), mais aussi un archipel de 365 "isletas" volcaniques. Parmi elles, certaines sont des "iles-maison". Monter sur une barque au lever du soleil, y passer la journée et simplement profiter du temps qui passe, admirer le coucher de soleil et ses innombrables merveilles de faunes sont tout simplement un de nos meilleurs souvenirs....

Nous avons eu la chance "par hasard" (je me dis très souvent qu'il n'y a pas de hasard), de croiser le chemin d'un français, installé à Granada depuis une vingtaine d'années, amoureux de son nouveau pays et de son épouse au teint local. Denis nous a alors permis de découvrir la région sous son meilleur jour, depuis  les célèbres volcans Mombacho et Masaya jusqu'à passer une journée sur l'une des incroyables isletas, en passant par la découverte de la charmante ville coloniale qu'est Granada.

Pour la petite histoire, le volcan Mombacho est aujourd'hui classé Parc National : sa diversité en terme de faune et de flore en ont fait un des sites "éco-touristiquement" des plus nintéressants. Quand, en plus, on a la chance de tomber sur un guide passionné qui vous fait paratger son amour à la découverte des espèces croisées durant l'ascension, alors, c'est que du bonheur pour les jeunes anciens citadins que nous étions ! 

  Le Volcan Masaya, quant à lui, est un des phénomènes naturels les plus interessants et beaux du Nicaragua, aussi connu sous le nom de "POPOGATEPE", selon la langue indigène de la tribu Chorotega. Ce nom signifie"MONTAGNE QUI BRUIT" . Un des ses cratères, le Santiago, actuellement en activité gazeuse : nous avons pû y admirer la lave incandescente dans ses contrefonds. Un de mes souvenirs sur cette ascension en fut l'odeur insupportable de souffre, témoignage de son activité et l'atmosphère qui règne au-dessus de ces cratères est assez impresionnante.
Mais encore, et toujours, ces paysages incroyables nous exaltent par leur immensitude et, au milieu de ceux-ci, on se croirait ailleurs, vraiment ailleurs...

 

 

SAN CRISTOBAL DE LAS CASAS, CHIAPAS, MEXIQUE

Lorsqu'on arrive à San Cristobal, nos yeux, forcément, s'émerveillent... Après quelques minutes de marche, on ne veut plus en partir... !

San Cristobal est située dans le Chiapas, à 2300 mètres d'altitude. Elle a été fondée en 1528 et doit son nom au dominicain Bartolomé de las Casas, qui défendit les indiens contre les excès des colons. San Cristobal est une ville caractérisée par l'omniprésence d'indiens.

Au détour de chaque ruelle, les costumes typiques colorés, les sourires d'enfants, rappellent le charme du Mexique... San Cristobal, c'est LE Mexique au cœur d'unev ille colorée et pleine d'animation. La nuit tombée, marchands ambulants et stands improvisés sur le Zocalo, attirent le chaland vers toutes ces babioles et vêtements typiques à acheter pour quelques pesos. San Cristobal est également très connu pour son marché, l'un des plus colorés du pays et lieu de rencontre incontournable avec les indiens du Chiapas vendant des produits de culture et de tradition locale. Un pur bonheur... !


 

Quelques clichés rapportés de nos escapades en villes coloniales d'Amérique Centrale, sur une musique de Gotan Project.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site